Fifteenloves
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Fifteenloves


 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Sélection de Blu-Ray 4K à 10€
10 €
Voir le deal

 

 La nuit, tout est permis

Aller en bas 
AuteurMessage
Mathilde
Joueur(euse)N°1 nationale
Mathilde

Nombre de messages : 1610
Localisation : Sur ma propre petite planète!!!!
Date d'inscription : 04/05/2005

La nuit, tout est permis Empty
MessageSujet: La nuit, tout est permis   La nuit, tout est permis EmptySam 30 Juil à 13:20

Voilà, le concours s'ouvre avec la première fic!!!

lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol!

Félicitations à l'auteur!!!! Mr.Red Mr.Red Mr.Red Mr.Red Mr.Red

Cascadia, au levé du jour. Le soleil pointe lentement à l’est, inondant de lumière la forêt entourant l’académie. Seul le chant matinal des oiseaux et le doux bruissement des feuilles d’arbres balancée par la paisible brise est audible. La nature se réveille tranquillement, lentement, n’étant brusquée que par le craquement d’un branche ici et là et par…



« PLUS VITE, PLUS VITE! Non mais, vous courez encore moins vite que ma grand-mère arthritique! »



Squib : Megan et Adena, vous pouvez me dire pourquoi vous n’êtes pas comme les autres filles normales, qui ne se lèvent aux aurores que pour se maquiller et se coiffer, en laissant les garçons en dehors de cette folie matinale?

Adena : Je te ferai remarquer, Squibby, que j’adorerais simplement m’en tenir à ta description de la gente féminine, mais je partage ma chambre avec une dénommée Megan O’Connor, alors…

Squib : Bon bon d’accord! Je reprend : Megan, tu peux me dire pourquoi tu ne peux pas t’en tenir être comme les autres filles normales, qui ne se lèvent aux aurores que pour se maquiller et se coiffer, en laissant les garçons en dehors de cette folie matinale?

Megan : Parce que ça nous transformera tous en champions et puis… get lost, Squib!

Sébastien : Alors, Cody, tu traînes! Tout ce passe bien, en arrière!

Cody : Oui oui, très bien! Mais ne me parles pas trop, j’essaie de garder mes poumons opérationnels et de toutes façon, je râle trop pour parler! Reviens me voir sur mon lit de mort, French Prince!



L’aurore est généralement le moment de la journée où le soleil commence à se lever, et où les gens sont contents de pouvoir, contrairement à ces dernier, rester encore coucher quelques heures. Mais pas selon Megan O’Connor. « Le matin est le meilleur temps pour se ressourcer, remplir ses poumons d’air pur et… se défoncer à la course » comme elle le dit si bien.



Squib : On peut savoir pourquoi Miss Antisportive a décidé de se joindre à notre footing, avant qu’elle ne passe de l’autre côté?

Cody : Je pensais qu’on m’avait inviter à un « shooting » au lieu d’à un « footing », espèce de petite lumière de coffre à gants!



Le cinq jeunes c’étaient levé en aurores, à la demande de Megan (ou devrait-on plutôt dire aux menaces de Megan) afin d’aller se « ressourcer » dans les bois de Cascadia. Empruntant un petit sentier forestier, ils c’étaient enfoncer dans la forêt entourant l’académie, se lançant une vanne de temps en temps et écoutant le bruit régulier de leurs pas frappant la surface battue de feuilles et de brindilles. Megan menait la marche, suivit d’Adena et de Squib. Sébastien, ayant longtemps hésité à courir aux côté de Meg, avait opté pour le dernier rang, à côté d’une Cody rouge et essoufflée, qui essayait tant bien que mal de suivre le rythme de ces copains sportifs, sans trop y arriver.



Adena chantonnant : I... just want to fly.. la la la la…

Squib, marmonnant : ah non pas la machine à chanson! Pas ce matin!



Adena et Megan se regardèrent et un sourire maléfique se dessinèrent sur leur lèvres…

Adena : Est-ce que tu penses à ce que je pense?

Megan : Tout à fait!

Les deux ensemble, chantant à tue-tête : Nous autres, les filles, ont a du nerf, de beaux yeux clairs, du caractère, ont a des belles jambes, des belles cuisses, ont est 34-24-26, tassez vous de là, on est quelque chose à voire!

Sébastien : Et c’est repartie…

Adena et Megan : Vous autres les gars vous êtes niaiseux, plutôt téteux et paresseux…

Squib : .. mais qui a écrit cette chanson??

Adena et Megan : … aucun caractère et ça nous tombe sur les nerfs…

Sébastien : … pourquoi vous passez votre temps à nous courir après alors?

Adena et Megan : …et les gros bras ça marche même pas…

Squib, embrassant ses biceps : ne les écoute pas, ce sont de méchantes filles.

Adena et Megan : tassez vous de là, on fait le show ce soir! Yay!



Les deux simili chanteuses se tapèrent dans les doigts, rigolant, arrêtant enfin de courir.



Cody : Enfin! Encore quelques pas et nous aurions atterris en Ouzbékistan!

Squib : Quand même pas l’Ouzbékistan. La Russie peut-être, mais pas l’Ouzbékistan!

Sébastien : En parlant de localisation… quelqu’un sait où nous sommes?



La rigolade diminua peu à peu, alors que les têtes tournaient et se retournaient, cherchant un point de repère qui leur indiquerait où ils avaient atterris. Il se turent, en regardant autour d’eux. Un petit cri strident retentit, et Adena cria.



Adena : Qu’est-ce que c’était? Qu’est-ce que c’était?

Sébastien ; Si je ne m’abuses, c’était…

Tous sauf Adena : …un écureuil.

Adena : oh. Oui bien sur. Je le savais! .. mais erm erm… comment on fait pour retrouver notre chemins, maintenant, bande de je-sais-tout?

Squib : on pourrait regarder la mousse sur les arbres! Elle pousse toujours au nord!

Sébastien : Bonne idée! Allez viens!

Cody : Allez retrouvé notre chemin, Rambo 1 et Rambo 2!

Squib : J’en ai trouvé! * pointe une direction fièrement * le nord est par là!

Megan : et tu sais où est Cascadia maintenant?

Squib : J’ai trouvé le nord, à vous de faire le reste!

Tous, exaspérés : Squib!!!



Ils étaient là, se tournant les pouces, ou tournant en rond. Enfin bref, tout le monde tournait!

Adena, se mettant à geindre : On ne retrouvera jamais le chemin! J’ai froid, j’ai peur et j’ai faim.

Megan : Adena, il fait 25 degrés, il fait jour et tu as mangé il y a une heure à peine.

Adena : … c’est pas ça du tout! * se rapprochant de Sébastien et prenant une petit voix * Seb, j’ai peur…



Sébastien jeta un regard rapide vers Megan, ne sachant pas trop quoi faire. Cette dernière étant absorbés par ses doigts qui s’entortillaient autour d’une racine, il soupira et plaça un bras autour d’une Adena tout sourire. Sourire qui s’évanouit rapidement quand elle vit la bouille triste de Megan, qui s’était levée et arpentait le sentier, les mains dans les poches, le regard au loin. Un regard, vide, vide, vide...



La journée passa lentement. Ils avaient tous arpenté les sentiers, tentant de trouvé la moindre trace qui les guiderait vers l’académie, en vain. Le soleil avait atteint son zénith, et avait lentement traversé le ciel pour aller se dissimuler derrière les arbres, à l’ouest. La noirceur commençait à les envelopper, et la panique et la peur les conquérait un après l’autre.



Adena, scrutant la noirceur qui les entourait : Il n’y a que moi pour trouver ça inquiétant?

Megan, tachant de contrôler le tremblement de sa voix : ..Oui.

Sébastien, se rapprochant doucement d’elle, et posant une main sur son bras : Tu en es sur?



Megan se retourna, le fixant dans les yeux, et jetant un bref regard à Adena toujours pendu au coup de Sébastien, répondit d’une voix ferme mais mêlée de tristesse, ne le quittant pas des

yeux: « Oui ». Et elle se retourna, allant s’asseoir contre un arbre où elle appuya sa tête et ferma les yeux.



Cody et Squib arpentaient les sentiers en quête de petits fruits sauvages, cherchant quelque chose à se mettre sous la dent.

Cody : Squib, tu sais que si tu manges tout les petits fruits au fur et à mesure que nous les trouvons, nous n’en rapporterons pas beaucoup!

Squib : Je me fais le gouteur de la troupe, comme ça je vérifie que toutes les petites baies juteuses sont bien comestibles.

Cody : Quand tu en as goûter une sorte, pas la peine de toutes les remangées!

Squib : Et comme si j’allais me rappeler les 340 millions sortes de baies que j’ai déjà goûter!



Cody soupira ; Squib était vraiment impossible. Mais il avait quand même ce petit quelque chose qui l’empêchait de lui donner une baffe et…

« CRAC »

Cody et Squib, se relevant au même moment, et parlant synchro : C’était quoi ça? C’est pas toi? C’est pas moi! »

Cody : Squib, si c’est pas toi…

Squib : Qui c’est? Ou qu’est ce que c’est…

Pendant ce court moment où l’adrénaline avait envahi leur jeune corps, la main de Squib s’était imperceptiblement posée dans le dos de Cody, et il pouvait sentir ses frêles omoplates sur son torse. Elle sentait la respiration de Squib contre elle, tandis que sa propre respiration accélérait follement, sans trop savoir si c’était à cause de la peur ou de la proximité de son ami.



Squib : C’était probablement un écureuil.

Cody : Un écureuil de la taille d’un chien?

Tous deux se regardèrent, un éclair de panique traversant leurs regards.

Squib : On serait mieux de retourner avec les autres, de ne pas se séparer.

Cody : ..pour une fois tu as raison.

Squib : Je le prendrai comme un compliment!



Ils s’avancèrent lentement vers l’endroit où la voix perçante d’Adena racontait des frivolités. Mais le fait est que la main de Squib était resté dans le dos de Cody. Et ne semblait pas vouloir le quitter.



Cody et Squib était de retour, et c’était assis à proximité d’Adena, qui jetait des regards à Sébastien, jetant et rejetant tant bien que mal sa tignasse sur son épaule, mais rien n’y faisait : Sébastien semblait s’intéressée à elle qu’à un rideau en bambou.



Adena : .. et puis j’ai décidé de mettre ma petite robe rouge…

Sébastien : …huh huh…

Adena : .. avec mon pantalon disco à paillettes…

Sébastien : …oui…

Adena, énervée : … et ensuite j’irai me balader sur les nuages avec les Calinours gambadant autour de moi!

Sébastien : Très intéressant…

Adena : AHHHHH!



Adena se leva en coup de vent, levant fièrement la tête et s’aventurant sur les sentiers branchus autour de la petite clairière où ils avaient élus domicile pour la nuit. Sébastien, dont les yeux n’avaient pas quitté Megan depuis qu’elle s’était assoupie contre l’arbre, se leva se rapprocha doucement d’elle.



Sébastien, murmurant : Megan.. Megan tu dors?

Megan, gardant les yeux fermés : Non. J’écoute Adena raconter ces idioties depuis tout à l’heure. Est-ce que tu t’es rendu compte qu’elle te parlait de pantalon à paillettes et de Calinours?

Sébastien, s’asseyant à ces cotés : Pas vraiment, j’étais absorbé par quelque chose d’autre.

Megan, toujours les yeux fermés : Qu’est-ce qui était plus important que le délire de Calinours de Miss Kournikova wannabe?

Sébastien : Essayer de trouver ce qui t’as passé par l’esprit quand j’ai vu ton regard furieux quand j’ai réconforter Adena.

Megan, s’agitant : Je n’étais pas furieuse! Et puis tu l’enlaçait carrément!

Sébastien, souriant sourire : Tu n’étais pas furieuse?

Megan, rouge de colère : NON! * se calmant * Enfin, si, peut-être un peu.

Sébastien : Et je peux te demander pourquoi?

Megan, les yeux plein d’espoir : Je peux te répondre non?

Sébastien, souriant : Non, O’Connor.

Megan, soupirant : Parce que d’Adena obtient toujours ce que je veux.

Sébastien : Et je fais partie de ce qu’Adena veut.

Megan : à ton avis?

Sébastien, faisant une pause et fixant un arbre au loin : .. et je fais partie de ce que tu veux?



Megan baissa les yeux. Comment, elle, Megan O’Connor, avait-elle pu se laisser prendre au piège de cette façon? « Vite, vite , O’Connor, trouve quelque chose à lui répondre… ».



Megan : … je voulais dire que…

Sébastien : …parce que je voudrais bien l’être.



Les mots s’évanouirent avant d’atteindre les lèvres de Megan. Elle restait là sans bouger, tentant de savoir si les mots qu’elle venait d’entendre était bien réels ou que le fruit de son imagination. Mais la main de Sébastien qui trouva la sienne quelques instants plus tard lui firent comprendre que non, elle n’avait pas rêver.



La nuit avait passé, lentement mais sûrement. Ils furent réveiller au petit matin par de matinaux oiseaux, tout courbaturé par une nuit sur un tapis d’aiguilles de pins qui n’avait rien de moelleux.



Squib : Au moins, cette petite escapade m’aura permis d’apprendre que moi et le camping, on est loin d’être amis!

Cody : Toi et le tout ce qui exclu confort, vous êtres ennemis jurés, alors…!



Silence.

Adena, brisant le silence : J’ai désespérément besoin de mascara. Retrouvons notre chemin et en vitesse.

Elle se retourna pour partir, semblant contrariée par les évènements de la veille et tentant de bouder Megan. Elle ralentit néanmoins et se retourna, avant de lancer d’une voix douce : « Tu viens, Hyperdrive girl? »

Megan, levant la tête, la toisa quelques instants. Un sourire se dessinant sur son visage, elle répondit : « J’arrive, Kournikova Wannabe. » Et elle alla la rejoindre, bras dessus, bras dessous, laissant un Sébastien un peu déçu d’avoir eu un si court moment avec Megan, mais conscient de l’espoir au bout du tunnel.



Squib : C’est quoi cette tache rouge, la-bas, au dessus des arbres?

Cody : Un ovni?

Sébastien : Un avion?

Adena, toute excité : Une centre commercial?

Megan, soupirant : … le toit des dortoirs de Cascadia. Bravo à nous et à notre sens de l’orientation.

Squib : .. je savais qu’on était tout près, mais je voulais vous faire découvrir la joie de la nature et de…

Megan : Get lost, Squib.



Ils parcourent les derniers mètres lentement, exténués. C’est en silence et en tentant de se faire le moins remarqués qu’ils regagnèrent les dortoirs à 6 heures du matin, triomphants d’avoir passé les grilles sans s’avoir fait repérer. Ils se toisèrent quelques instants, se promettant de garder entre eux ce qui s’était passé lors de cette nuit quasi irréelle dans les bois… Tout était si étrange… Jamais ils n’avaient été aussi près l’un des autres, et jamais si éloignés… C’était peut-être ça, grandir…



It's alright to tell me what you think about me,I won't try to argue or hold it against you
I know that you're leaving, you must have your reasons, The season is calling your pictures are falling down



And it's happened once again, I'll turn to a friend,Someone that understands, sees through the master plan
But everybody's gone and I've been here for too long, To face this on my own, well I guess this is growing up



Traversés par cette pensée ô combien angoissante, ils rigolèrent quelques instants et baillant, se retournèrent afin de rejoindre leur lits chauds et douillets.



« Regardez qui vois la. Mes Tops Guns et Mademoiselle Myers! »

Bates. AU bout du couloir. Les attendant de pied ferme. Oh oui, comme c’est bien grandir!

Fin. Ou non, plutôt, le COMMENCEMENT. ; )


Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven

J'espère que ça encouragera les autres auteurs en herbe!!!! Wink
Revenir en haut Aller en bas
 
La nuit, tout est permis
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fifteenloves :: Créations... :: AWARDS-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser